15 août 2022

Un homme de métal

Depuis toujours j'ai un coeur en or,

Et une volonté de fer.

Mais j'avais un esprit en demi chair.

Friable, blessé, sanguinolant même.

Ca m'était à gauche du crâne.

A droite, la raison et le calme demeuraient.

Curieux mélange qui me serrait des machoires en fer.

Et puis, j'ai fait jaillir le sang, j'ai emporté par le metal fondu les caillots de pierre.

Là ou je n'avais que quelques filaments, des pylones de metal fluide se sont structurés.

J'ai nettoyé et nettoyé encore, j'ai peints et peints encore,

Je passe la couche finale avec le hachoir nihiliste, celui qui permet d'envoyer au néant les liens affectifs sanglants.

Je n'ai désormais que peu à fer de ce que tu crois sur moi et d'autres.

Ce que tu penses m'importe, pas ce que tu crois. Ecoute, c'est important je crois.

Pas certain que ceci m'est rendu plus sympathique.

Mais mon coeur est là, intact, il vit autours de mon âme.

Protégé de cet esprit de fer qui lui, se nourrit d'air.

Il me reste une étrange croyance à traiter ...

Serais-je déjà mort ? Ou serait ce soir que vais je mourrir ?

 

Posté par notepaper à 05:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]